Si nos connaissances scientifiques sur l’être humain nous semblent maîtrisées, il arrive que certains cas dépassent l’entendement, allant parfois jusqu’à nous faire repenser nos théories les plus strictes.

Le monstre de Vichy est-il le fruit d'un croisement entre l'Homme et le Singe ?

Le monstre de Vichy est-il le fruit d’un croisement entre l’Homme et le Singe ?

Le 6 janvier 1897, la maternité de Vichy est en émoi. En effet, une jeune fille de seize ans a donné naissance à un enfant dont on peine à reconnaître le caractère humain, tant son apparence physique est impressionnante : il manque à cet être la moitié du crâne, qui s’arrête juste au-dessus des yeux, caractérisant l’absence du cervelet. La créature est hermaphrodite, dispose d’énormes globes oculaires noirs, tandis que ses bras et ses jambes sont bien trop longs pour son torse gonflé. Malgré les efforts des sages-femmes, l’enfant meurt au bout de quelques minutes.

Débute alors une enquête difficile pour le docteur Therre, en charge de la maternité lors des faits et qui révèle l’affaire en 1933. Pour lui, même si les cas d’absence du cervelet sont connus et expliqués, l’apparence générale du nourrisson est exceptionnelle et mérite que l’on se penche sur l’affaire. Il découvre assez rapidement que la jeune mère vivait une existence recluse dans une roulotte avec son père et un singe qu’elle décrit comme étant son unique compagnon. En effet, elle a l’interdiction formelle d’entrer en contact avec le monde extérieur.

Le docteur Therre, qui s’intéresse au père, pense tout d’abord que l’enfant est le fruit d’une relation incestueuse entre le père et la fille. Néanmoins, un examen gynécologique montre que l’adolescente n’a jamais eu de rapports sexuels normaux, et les deux personnes concernées nient farouchement entretenir une telle relation. C’est alors que le docteur Therre doit penser à l’impensable : l’enfant pourrait très bien être celui du singe.

La laotienne Krao est-elle un jalon sur la piste du croisement interespèce ?

La laotienne Krao est-elle un jalon sur la piste du croisement interespèce ?

En effet, le lendemain de la mort du nouveau-né, le singe meurt, semble-t-il de stress, et le docteur Therre attribue celui-ci au fait d’avoir été séparé de l’adolescente enceinte. Cependant, il est déjà connu à l’époque que deux membres d’espèces différentes ne peuvent pas enfanter. De plus, le spermatozoïde du singe n’aurait pas pu simplement stimuler l’ovule de la mère, étant donné que la créature issue de cette relation est hermaphrodite…

Néanmoins, d’autres cas similaires sont peut-être à étudier. À la fin du dix-neuvième siècle, le docteur Fauvelle écrit pour la Société d’anthropologie de Paris qu’on a porté à sa connaissance le cas d’une jeune laotienne nommée Krao. Le fait qu’elle soit couverte de poils n’est en soi pas si extraordinaire, car on connaît depuis longtemps le symptôme aujourd’hui appelé sous le nom d’hypertrichose et qui caractérise une très forte pilosité. Cependant, le docteur Fauvelle décrit également de très grandes oreilles et ses pieds préhensiles, c’est à dire qu’elle pouvait s’en servir pour utiliser des objets, ce qui est une caractéristique normalement absente du genre humain.

Quoi qu’il en soit, Krao et le monstre de Vichy restent une énigme pour la science, dont la solution pourrait bouleverser notre compréhension de la théorie de l’évolution.

Pour en savoir davantage : https://fr.wikipedia.org/wiki/Monstre_humain
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1886_num_9_1_4898
L’Anencéphale à type simiesque de la Maternité de l’hôpital civil de Vichy, par le Dr A. THERRE (1933)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.