Les OVNI tels que nous les “connaissons” aujourd’hui évoquent bien souvent l’image d’appareils sophistiqués ou d’intelligences supérieures, à la technologie futuriste et bien propres à notre temps. Pourtant, le mythe des êtres et objets volants non-identifiés puise ses origines dans des temps plus anciens et obscurs

Si l’historien antique Plutarque était convaincu de l’existence d’êtres ailés à mi-chemin entre les mortels et les divins, il faut attendre le neuvième siècle pour que ces créatures soient décrites précisément. La source en question est celle d’un évêque influent, Agobard, qui était un individu cultivé à l’œuvre très prolifique, ayant écrit plus d’une vingtaine de recueils. C’est dans l’un de ceux-là, le Livre contre les préjugés du peuple, qu’il dénonce une superstition locale, celle des Tempestaires.

Ces êtres craints par les paysans étaient censés déclencher des orages et la foudre sur les champs grâce à des pouvoirs magiques, sur ordre d’êtres originaires d’une terre appelée “Magonie”, située entre le ciel et la terre. Afin de se protéger des Magonians et de leurs serviteurs, les paysans plantaient dans le sol de longs poteaux enrubannés chargés de formules magiques.

Charlemagne

Charlemagne lutta amèrement contre ces croyances qu’il qualifiait de pêchés.

Agobard nous décrit même une scène où le peuple lui aurait amené plusieurs personnes accusés d’être des voyageurs célestes aux ordres des Magonians, en demandant à l’évêque de faire justice. Cependant, celui-ci aurait réussi à prouver leur erreur et ainsi à sauver la vie des pauvres hères. Simple légende urbaine ou contact avec des êtres inconnus ?

Cette question d’êtres ailés se retrouve dans tout le haut moyen-âge, mais les principales sources sont celles qui participent à combattre ces idées jugées fausses. Charlemagne, puis son fils Louis le Pieux, sont allés jusqu’à inscrire dans leurs capitulaires (des recueils de lois) que la sentence pour des individus se prétendant venir du ciel, ou pensant en avoir vu, serait une forte amende. En revanche, Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, affirma lui-même avoir rencontré une créature lumineuse portant une arme “à la lueur extraordinaire, comme celle d’une comète”.

Si la légende des Tempestaires et de leurs maîtres venus de Magonie paraît être une simple superstition, un évènement plus récent est pour le moins troublant. En effet, en 1897, un incident se produit aux États-Unis. Les journaux locaux décrivent une scène similaire, qui est celle de l’arrivée d’un vaisseau dans les airs. Une ancre serait tombée du bateau volant, et un être ailé serait descendu pour couper la corde. Cet événement est tout à fait semblable à d’autres, du neuvième et du dixième siècles, qui se seraient passés en Irlande et en Norvège selon des sources différentes qui auraient difficilement pu avoir connaissance l’une de l’autre.

Cependant, la véritable question est de savoir si des paysans texans de la fin du dix-neuvième siècle auraient pu être influencés par des textes du début du moyen-âge…

Pour en savoir davantage : https://en.wikipedia.org/wiki/Magonia_%28mythology%29

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agobard_de_Lyon

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.