Au début des années 1860, la famille Winchester est en liesses. D’origine américaine, leur nom est connu grâce à l’entreprise florissante du chef de famille, William, inventeurs d’armes à feu qui firent sa renommée et sa richesse. Son fils, Oliver, s’est récemment marié à une jeune femme portant le nom de Sarah, et leur union aboutit à la naissance d’une petite fille. Cependant, sa santé se gâte rapidement, et le nouveau-né meurt au bout de quelques semaines, plongeant alors Sarah dans longue dépression accentuée par le fait que le couple n’arrive pas à concevoir un autre enfant. De plus, en 1880, le fondateur de Winchester Repeating Arms Company meurt, et l’année d’après, c’est son fils et époux de Sarah, Olivier, qui décède d’une tuberculose.

L'une des rares photographies de la riche veuve Winchester.

L’une des rares photographies de la riche veuve Winchester.

Persuadée que des esprits la tourmentent, Sarah fait appel à un médium qui l’encourage dans sa façon de penser : selon lui, les décès ont été causés par les fantômes des personnes mortes à cause des armes vendues par l’entreprise des Winchester. Paniquée, la veuve lui demanda quoi faire, et la réponse fut simple : il fallait que les fantômes puissent vivre avec elle dans une maison. Cependant, cette maison devrait toujours être en construction afin d’accueillir le plus de fantômes possibles, et si la construction devait s’arrêter, alors Sarah serait tuée.

C’est alors que l’héritière des Winchester achète une ferme en Californie afin d’y dépenser une fortune colossale en construction, et ce pendant trente-huit ans, sans discontinuer, jour et nuit. Pétrie de mysticisme, elle demande à ce que la symbolique du nombre “13” soit présente partout dans la demeure, que ce soit par le nombre de carreaux aux fenêtres ou encore le nombre de lustres. Cependant, le tremblement de terre de 1906 qui toucha la côte Ouest des Etats-Unis changea radicalement la conception de Sarah Winchester. Persuadée qu’il s’agissait d’une punition car elle passait trop de temps à décorer les pièces de la maison, elle cessa cette occupation et ordonna aux ouvriers de continuer à construire une succession de chambres selon des plans architecturaux douteux, faisant du manoir un gigantesque bâtiment très complexe. Des portes donnaient sur les murs, des escaliers ne menaient sur rien, et beaucoup d’employés ne pouvaient parcourir la demeure sans un plan pour les guider.

On peut ici voir une porte donnant directement sur le vide.

On peut ici voir une porte donnant directement sur le vide.

En 1922, âgée de 83 ans, Sarah Winchester meurt dans son sommeil, laissant derrière elle un testament qu’elle avait signé treize fois. La maison est léguée à sa nièce, et cette dernière interrompt la construction pour vendre aux enchères le mobilier de la demeure. Aujourd’hui, la maison de Sarah Winchester est devenue une attraction touristique, ouverte au public, de 160 pièces et dix-sept cheminées. Elle dispose aujourd’hui encore de la réputation de manoir toujours hanté par les âmes perdues qui tourmentèrent l’esprit de la pauvre Sarah Winchester…

Pour en savoir davantage :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.